Camp d’été – 4e jour

Alors petit rappel pour ceux et celles qui auraient manqué les trois premiers épisodes. On est en août 2017, la 3e guerre mondiale est sur le point de démarrer entre la Corée du Nord et les Etats-Unis et nous, on est en goguette à la montagne avec des gamines à qui on tente vainement d’inculquer des rudiments basiques d’un sport super difficile, le volleyball. C’est bon, vous y êtes ?

Dans le premier épisode, les gentils organisateurs avaient affaire avec un vrai film d’épouvante, à côté duquel Freddy, Dracula et Poltergeist sont de jolies comédies pour enfants ; dans le 2e épisode, vous découvriez ce qu’est un rallye helvétique ; dans le 3e épisode, vous avez eu droit à un questionnaire à choix multiple afin de vous permettre, comme dans les films, de vous mettre dans la peau de chaque participant potentiel (c’est un vrai camp 3.0) …

C’est donc le quatrième et avant-dernier épisode des aventures de JJ et ses amis au pays de Colargol et des ballons. Un feuilleton passionnant pour autant qu’on se donne la peine de lire entre les lignes. Les lignes de conduite, bien entendu. Pas les lignes de la main, ni les lignes de chemin de fer, donc. Voici un exercice pratique pour vous exercer à lire entre les lignes.

On a décidé de vous donner une idée de quoi est faite une journée de priso… de participante. Comme il en est de coutume, diane debout pour tous à 8 heures précises. C’est Giorgio, un maton… un animateur d’expérience, qui fait la tournée des portes. Les coups sont précis et rudes. Les conda… les enfants sautent du lit et s’habillent en vitesse (même tellement en vitesse parfois que des parties de pyjamas dépassent sous leurs habits) pour descendre déjeuner. Gruau et pain sec, un verre d’eau croupite et pas de deuxième service, bien entendu. Après les ablutions, en ordre rangé, rangement de la chambre, puis départ pour le terrain de sport.

Après un bref échauffement conduit par les expertes américaines mandatées pour mettre au pa… pour soutenir les jeunes, c’est condition physique menée au foue… à la baguette par Snake, un dominateu… un animateur spécialisé. Pour chaque faux pas, chaque geste raté, c’est dix coups de bât… dix coups de mains qui sont donnés.

Ensuite on passe au thème de la matinée, qui est traité en petits groupes de dix à douze puni… joueuses, avec répétition des exercices. Le tout entrecoupé de brèves pauses pour permettre de retendre les chaîn… de boire un peu d’eau stagnante prélevée dans les canalisations.

À midi, repas de midi sous la direction des animateurs, avec obligation de terminer ses légumes (de toute manière, il n’y a rien d’autre). Une fois par camp, le jour de l’inspection par la Croix-Rouge, on sort quelques fruits avariés de la poubelle pour faire plus complet.

À 13h30 c’est reparti, même programme que le matin (mais sans la condition physique). À 15h30, pause officielle pour le goûter, une compote industrielle sous forme de pilule (la bleue est la meilleure, c’est à la banane). Fin des manœuvres à 18h30 avec un retour au calme à grand coups de pie… de massages et de décontractions entre déten… entre participants.

C’est enfin l’heure du repas du soir, 19h, au cours duquel les meilleurs durant la journée de travail dans la min… sur le terrain sont récompensés par une double ration d’eau, soit un verre au lieu d’un demi.

Après c’est retour dans les cell… dans les chambres et les repris de j… les clients sont attachés fermement à leur lit (affectivement, s’entend, bien sûr) et les lumières éteintes jusqu’au lendemain.

Et dire qu’elles paient pour venir…

Sinon, la journée de travaux forc… de jeu de volley a été marquée par une activité nouvelle et ô combien ludique et intéressante. En effet, les joueuses de la première équipe ont rejoint le camp de travail depuis hier, et disposaient aujourd’hui de leur moment de détente. Du coup, l’activité choisie pour ce programme de divertissement fût le biathlon. Sans skis, bien sûr, il n’y a pas de neige, mais avec la carabine. Initialement, il était prévu que le programme se fasse dehors, mais vu la pluie que nous avons eu justement au moment de parcourir les derniers mètres de la course, nous avons dû nous rabattre sur la salle de sport. Quelle bonne idée au final ! Avec tous ces taular… participants joyeux et sympathiques, nous avons dépassé le cadre du biathlon traditionnel, en remplaçant la partie de tir sur cibles par un concours de tir sur les voyo… les jeunes qui purgeai… qui participaient.

Il fallait entendre siffler les balles dans la salle, et voir toutes ces belles jeunes filles courir dans tous les sens en riant et en s’amusant d’être épargnée pour cette fois… Pardon ? Peur ??? Mais non, vous n’y pensez pas. Si jamais on les avait touchées, imaginez : c’est le jackpot, des jours d’infirmerie !

Bref, ce biathlon pour la première, quelle belle idée. Tout le monde a aimé d’ailleurs – c’est à refaire.

Cela dit – on vous rassure quand même, on a été très mauvais tireurs et tout le monde est sain et sauf. Ce d’autant plus que les carabines de biathlon ne tiraient que de la lumière laser et que sur une cible électronique faite pour…

Dans les autres fait saillants de cette journée, on a fêté avec quelques jours d’avance (normalement c’est le 22 septembre, mais c’est quand même tellement spécial qu’on a tenu à le faire) l’anniversaire de notre moniteur favori Georges Ducret, qui atteint les 80 ans. Bravo à lui et on espère qu’il participera encore à plein de camps. On lui a chanté bon anniversaire dans de multiples langues : français et anglais, bien entendu, mais aussi espagnol, italien, allemand, serbe, kosovar, grec, arabe, portugais et roumain. On a eu droit à une version américaine de style Gospel par Nyka. On a loupé les versions mongoles et irlandaises par la faute de cordes vocales récalcitrantes.

Enfin on a salué le départ de Denis qui doit travailler demain pour préparer la rentrée des classes dans son école.

Bref, j’ai survécu à la 4e journée du camp et la prochaine est la dern… argh… ahhhh ! AAAHHH ! Au secours !

Le camp annuel, c’est que du bonheur !

Départ de la partie course du triathlon de la première équipe…

 

 

 

 

 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *